Réaliser un jardin vertical extérieur avec des bouteilles en plastiques

jardin-vertical-exterieur-bouteilles-plastiques-header
Allier recyclage et jardinage ? C’est possible en réalisant un jardin vertical à l’extérieur qui servira à faire pousser des salades, des tomates, des aromatiques, et bien d’autres encore. Avec peu d’espace sur un balcon ou bien un grand jardin déjà bien occupé, le potager vertical est à la portée de tous !

Pourquoi réaliser un jardin vertical extérieur avec des bouteilles ?

Un jardin vertical à l’extérieur est une solution pour tous ceux qui manquent de place et qui souhaitent faire pousser des végétaux chez eux. Peu d’encombrement, une surface de production optimisée, et un entretien très simple, sont les atouts du jardin vertical extérieur. Que l’on souhaite faire pousser des légumes, des aromatiques ou des fleurs, le principe est le même. Il suffit d’avoir un peu d’imagination, d’adapter le jardin avec ce qui nous entoure et de recycler les bouteilles plastiques.

Les bouteilles plastiques conviennent très bien pour la culture verticale. Elles sont solides, de tailles variées, faciles à découper et à assembler, et surtout gratuites ! Et s’il en reste, gardez-en pour récupérer de l’eau de pluie. Même si c’est un jardin vertical en extérieur, il faut parfois l’arroser 😉

potager-horizontal-vs-potager-vertical-1

Des bouteilles plastiques pour un jardin écologique ?

Aujourd’hui le plastique fait peur. Mais soyez rassuré, il n’est pas dangereux d’utiliser des bouteilles d’eau ou de liquide alimentaire pour faire pousser des légumes dedans. Si cela contient notre nourriture transformée, cela peut contenir des plantes qui se transformeront en nourriture.

Recycler : un geste écologique et économique

Le côté écologique dans un jardin vertical extérieur est avant tout dû au fait que l’on recycle des bouteilles plastiques. Imaginez toutes ces bouteilles d’eau que l’on jette, et qui pourrait servir à cultiver ses propres légumes… Si chaque personne gardait une dizaine de bouteilles, elle pourrait avoir des légumes en quelques semaines, sans même avoir de potager « classique ». Il n’est pas non plus nécessaire d’avoir la main verte pour réaliser un jardin vertical, il suffit de laisser faire la nature.

eau-potager-vertical-1Un apport en eau ciblé

Un des autres aspects écologique / économique est l’utilisation de l’eau. Contrairement à un potager classique, l’eau ne s’écoule pas horizontalement, arrosant ainsi des espaces sans culture. Le jardin vertical extérieur bénéficie de la gravité qui va répartir l’eau du haut vers le bas, profitant ainsi à tous les végétaux, étage par étage.

De plus, lors de fortes pluies, il est fréquent de voir stagner l’eau autour des légumes. Même si certaines cultures apprécient les arrosages réguliers, beaucoup n’aiment pas avoir les pieds dans une piscine. L’aspect vertical va donc permettre au trop plein d’eau de s’évacuer et même d’être récupérer dans des bidons qui serviront en cas de période sèche. L’eau ne stagne pas, le risque de moisissure est limité et l’eau recyclée pour être ensuite réutilisée.

Un apport en nutriment plus efficace sur une petite surface

Lorsque l’on retourne le potager, on y incorpore souvent du fumier, de la cendre et d’autres nutriments qui serviront à recharger la terre pour la culture suivante. Il faut alors retourner tout le potager et y mettre une grande quantité d’engrais naturel. Engrais qui risque de profiter aux herbes non-désirées si on ne sème pas rapidement les légumes.

Dans une bouteille, il y a peu de place. La terre mélangée à une petite quantité d’engrais naturel ne sert qu’à la plante désirée. Les mauvaises herbes n’auront que peu de place pour s’installer, et elles seront rapidement éliminées. Le jardin vertical est très facile d’entretien, du fait de la verticalité et des petites surfaces à nettoyer.

Et si l’on apporte des engrais par voie liquide, encore une fois, le fait d’être sur un plan vertical, permet de distribuer les nutriments étage par étage. Pas de perte sur une surface non cultivée, donc un apport économique et contrôlé.

Quelques idées de jardin vertical avec des bouteilles plastiques

Il existe des dizaines de façons de réaliser un jardin vertical avec des bouteilles recyclées. Le principe est souvent le même : plusieurs bouteilles, des ciseaux, du fil, de la terre et des graines ou des plantes.

Il est conseillé de prendre des bouteilles en plastique transparent. Il est possible également de peindre les bouteilles ou de les rendre opaque avec du scotch. Cela évite d’avoir de brûler les petites racines apparentes si les rayons du soleil sont trop importants.

Une sélection des idées les plus originales, toutes faciles à mettre en place !

utilisation bouteilles plastiques pour plantesjardin exterieur vertical en bouteilles recyclees jardin vertical en bouteilles  faire pousser legumes dans un jardin vertical recyclerecyclage de bouteilles plastiques pour un potagerpotager vertical en bouteilles recyclees

9 pensées sur “Réaliser un jardin vertical extérieur avec des bouteilles en plastiques

  • 9 mars 2014 à 11 h 54 min
    Permalink

    Bonjour,
    Bravo pour cette riche idée de recyclage de pots.
    Merci

  • 1 mai 2015 à 1 h 47 min
    Permalink

    J’ai fait pas mal de culture en pot en terrasse, c’est bien pour les aromatiques mais avec si peu de substrat difficile de faire plus que des plantes chétives.

    Ok c’est vert c’est chouette mais au final à part nourrir un lapin, faire des expériences mais c’est un peu près tout.

    Montrez des cultures récoltées et là je mettrai 10 pouces verts mais avec si peu de substrat j’y arrive pas, et vous non plus apparemment, c’est bien de montrer le début mais après…

    Ben ça stagne jaunit, soit meurt soit monte en graine.

    Si vous avez des résultats montrez le, s’il vous plait.

    Je veux y croire mais souvent je vois des débuts prometteurs mais bizaremment rarement des retours.
    Etonnez moi svp.
    Bien à vous

    • 5 mars 2016 à 14 h 31 min
      Permalink

      bonjour,

      si vous voulez avoir de bons résultats sur une culture en balcon il faut impérativement des bacs à réserve d’eau.
      Sur certains légumes on peut produire autant qu’en pleine terre. L’intérêt est aussi de couper les feuilles ou les tiges quelques minutes avant de les cuisiner. Combinées avec des graines germées ces cultures en pots vous permettront d’ avoir votre salade tous les jours.

      https://picasaweb.google.com/112526858865805987608/MesCulturesEnBacsAReserveDEau?authuser=0&feat=directlink

      cordialement

      dominique

  • 7 mai 2015 à 7 h 23 min
    Permalink

    bonjour,
    je rejoins totalement la position de Ben.Nous découvrons de très bonnes idées sur Internet mais l’expérience que nous en faisons n’est pas positive. Vos remarques sont justes : les légumes n’auraient pas assez de substrat pour croître normalement. J’ai expérimenté un « truc » vu sur Internet : garder les déchets ou épluchures de légumes et les faire repousser. ça marche, oui, mais cela ne va pas loin. Ils végètent au bout d’un moment.(http://viteunerecette.ca/conseils-cuisine/chroniques/10-legumes-faire-repousse).
    même ne faisant bien les choses, l’expérience n’est pas concluante. Dans tous les cas, je crois que nous devons poursuivre. En observant, analysant et recommencer en tenant compte des observations récoltées et des analyses qui en découlent, nous pourrons certainement parvenir à de meilleurs résultats. Il y a sûrement des légumes qui s’y prêtent plus que d’autres.
    Mais au final, je dis BRAVO à toutes ces personnes qui réfléchissent sur les moyens de changer les comportements, de préserver l’environnement et surtout de partager leurs expériences. Je remercie chaleureusement l’auteur de ce site et tous les auteurs de ce types de sites.

  • 11 juillet 2015 à 21 h 23 min
    Permalink

    Pour ma part, je trouve ça super et je vais essayer.
    Nous avons besoin de faire des expériences et chacun peu apporter un petit plus pour améliorer les techniques en mélangeant diverses expériences.
    Guy

  • 14 juillet 2015 à 9 h 09 min
    Permalink

    Bonjour, Ben et Daniel.

    J’entends bien votre propos, j’ai fait les mêmes constats. Quand les feuilles jaunissent (manque d’azote je suppose), j’intègre de l’ortie, de la consoude… ou même de la tonte de pelouse, coupée finement. Sinon, le jus d’un lombricompost 😉 ça j’ai pas testé. Ha oui! Trouver des bouteilles de 5litres. Bonne route à vous.

  • 18 novembre 2015 à 8 h 22 min
    Permalink

    Il faut croire que ça marche puisque que des usines à légumes se développent de cette façon un peu partout . On a déjà dépassé le million d’hectares…. Moi je cultive dans des bouteilles de plastique , le haut coupé et retourné dans le corps du reste de bouteille qui sert de réserve d’eau avec 2cm3 de terreau d’algues; fumier , morceau d’os de poulet écrasé , terreau de jardin . Un peu d’argile qui absorbe l’excédent éventuel de nitrates ou autre et le restitue suivant les besoins de la plante . Un peu de charbon de bois pour la même raison. Dans l’entonnoir du haut je mets ma plante à repiquer entourée de sphaigne de manière que les racines soient en contact avec l’eau . Et ça pousse . Pour les semis ce n’est pas pratique il vaut mieux le pot et la terre puis repiquer. On peut remplacer la sphaigne par de la terre avec des entonnoirs plus ou moins haut suivant les plantes ( carottes par exemple ) Essayez…ça ne coute pas grand chose….

  • Ping : un brin de nature en ville – NewVo Radio

  • 22 mai 2017 à 15 h 40 min
    Permalink

    Ce qui me gène dans ce genre de culture c’est qu’on nous répète qu’il ne faut jamais mettre une bouteille d’eau au soleil, au risque de voir des substances nocives passer dans l’eau.
    Dans le cas de cultures, le problème est le même, et nos légumes/plantes sont donc potentiellement contaminés par ces substances…

    Le côté pratique et pas cher est là, mais limite il vaudrait mieux faire la même chose avec des pots en terre qu’on aurait préalablement percé avec une mèche à carrelage. Ces pots empêcheraient en + les différences de températures rapides dues au soleil.

Commentaires fermés.